Le premier regard

/ mars 27, 2021/ Non classé/ 0 comments

C’est celui qui vous marque, celui qui va colorer vos sentiments, graver vos émotions à tout jamais. Les autres renforcent, parfois dénoncent, parfois fatiguent ou amusent. Le dernier accepte, acquiesce et rend son dernier émoi.

Mais le premier, il transperce, anime vos sens et tient vos yeux en éveil : c’est celui-là qui fige l’instant.

Vos yeux ? oui, parce que c’est par eux que tout commence quand, bien calés dans leur orbite, doucement, ils roulent et dirigent votre attention vers l’autre. Mobiles, ils cherchent le meilleur angle pour attirer et kidnapper l’instant.

Au rythme des battements de votre cœur, vos pupilles se dilatent. Ça pulse de partout tant l’envie de l’autre grandit. Mouillés, vos yeux brillent de mille envies. La fièvre monte et libère les instincts qui sommeillent en vous.

Comme il semble long ce premier regard. Il suspend le temps. Il ouvre une brèche où la clepsydre jamais ne se vide et le temps, ce joueur avide, ne gagne jamais *.

Ce premier regard campe l’instant présent. Il façonne la mémoire et nourrit le cœur.  

On voudrait le maîtriser ce moment, mais très vite, le besoin d’un autre regard s’impose comme un voleur de ces premiers instants.

Plus on tente de le chasser, plus il devient pressant, omniprésent. Rien ne l’arrête et ne l’empêche de se tourner vers cet autre premier regard.

Alors il reste la mémoire du temps et les émotions jadis gravées qui nous poussent à regarder vers un ailleurs.

*en réf à l’Horloge de Beaudelaire

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*